14.07.2016

FullSizeRender

Je ne sais pas trop comment revenir, comment en parler, comment me sentir. En fait je crois que je ne sais plus grand chose mais une petite voix au fond de moi n’arrête pas de me dire que j’ai besoin d’en parler. Alors voilà, j’en parle. Tout est décousu. Tout est flou. Je me sens coupable de rigoler quand même depuis Jeudi soir et d’un autre côté je ne devrais pas. Je n’ai pas parlé de la Belgique, de la Turquie, de Bagdad, des Etats-Unis, de la Syrie. Pourtant la liste est abominablement longue encore en 2016. Mais qu’est ce que mes pauvres mots de fille en pleine incompréhension face au Monde vont changer ? Je crois l’avoir dit assez souvent, mais depuis Janvier 2015 c’est la seule chose que je me répète sans cesse : je suis désemparée. Je sais que je dis régulièrement que l’amour vaincra et qu’il ne faut pas laisser la haine submergée nos cœurs, mais sincèrement POURQUOI? Comment c’est possible de se réveiller un matin et de se dire « Hummm tiens, si j’allais rouler sur des gens! Ou me faire exploser dans le métro! Ou dans un aéroport, c’est pas mal ça dis donc! » P.O.U.R.Q.U.O.I ?

Jeudi 14 Juillet 2016, ma modeste personne se trouvait à Nice, avec mes amis. Sauf que nous on a eu de la chance. Une putain de moule même si j’ose dire. On avait décidé de zapper le feu d’artifice pour faire des moules marinière à l’appartement. C’est con hein? Mais c’est ce qui nous a sauvé, permis de ne pas être blessé et traumatisé à vie. On était tranquillement assis autour de la table sur les hauteurs de Nice alors que l’horreur avait lieu à 15 minutes en voiture de nous. Les attentats de Charlie Hebdo et ceux du 13 Novembre, m’ont énormément touché, vraiment. Comme toute la France et plus encore cela dit. Mais là, à quinze minutes de nous, ça semblait encore plus irréel. Je me suis retrouvée dans un état un peu entre le rire nerveux et l’affolement total et l’incompréhension et l’incapacité de réaliser ce qui s’était passé. C’était très étrange dans ma tête. On a cru que c’était une petite blague quand j’ai reçu le premier message pour me demander si j’étais en sécurité « parce qu’on a foncé sur des gens ». On avait rien vu sur Internet et les réseaux sociaux alors on s’est dit que c’était un mouvement de panique. On a mis BFM TV et là l’horreur. Le bilan qui ne faisait qu’augmenter. Les « C’est chaud! » ou encore les « On aurait du y aller! » qui sortaient à répétition de nos bouches.

Je me suis retrouvée pour la première fois de ma vie (et malheureusement, sans doute pas la dernière) a envoyer un message à ma famille en leur disant « Si vous regardez les infos, je vais bien. » Et puis les messages ont commencé à pleuvoir. Une déferlante de « Tu vas bien ??? » et d’amour incroyable pour savoir si on allait tous bien. C’est fou ce qu’on peut être bienveillant les uns envers les autres dans ces moments là. Et la nuit a continué comme ça, entre les messages de mes proches et BFM TV jusqu’à ce qu’on se dise « Stop! De toute façon ça ne changera rien… » Cette nuit là j’étais vraiment contente et reconnaissante de ne pas être seule et d’avoir mes amis avec moi. Et que mes amis aiment les moules.

On s’est réveillé avec BFM. On en a entendu parler tout autour de nous dans la résidence. Entre nous aussi on en parlait. On a mangé à moitié devant BFM. On a tenté de se changer les idées, mais je ne suis pas sûre que ça ait marché. Je savais que quelque chose était arrivé, mais je ne suis pas tout à fait sûr que je m’en rendais pleinement compte. Et puis il y a eu Samedi. L’envie oppressante d’aller déposer des fleurs. De donner de l’amour à tout le monde. On est tous allé acheter des fleurs et on s’est mis en route sur la promenade. On a marché les 2 kilomètres parcourus par le camion. C’est long. C’est très très long. Je me suis mise à la place de ces milliers de gens présents sur la Promenade des Anglais. Je me suis imaginée l’horreur qu’ils ont vécus. L’injustice incroyable dont ils ont été victimes. C’est sur la promenade, en voyant les fleurs, les bougies, les peluches, les mots d’amour, les montagnes d’amour un peu de partout et les traces du passage de ce gros connard (excusez moi le terme, en fait non ne m’excusez pas!) que j’ai réalisé. Alors j’ai pleuré, cachée derrière mes lunettes de soleil parce que c’est injuste, et c’est impossible de vaincre ça, même par l’éducation. Des malades qui se font endoctriner il y en aura toujours. Et oui je suis défaitiste, mais je suis juste apeurée aussi. J’ai aucune certitude sur mon avenir dans ce monde. Qui l’a maintenant? Qui est sur à 100% qu’il ne recevra jamais un appel lui disant « Votre fils / fille / ami / amoureux / mari / femme / papa / maman / sœur / frère se trouvait au mauvais endroit au mauvais moment, je suis désolée » ou alors que ses proches ne recevront pas cet appel? J’ai toujours revendiqué le fait que je ne voulais pas d’enfant, bien avant que la vague de merde et de terrorisme débarque sur nous les français, et depuis le 14 Juillet je le cris encore plus fort. Jamais ô grand jamais je ne serais assez égoïste pour infliger ce genre d’événements tragiques à ma progéniture. Je préfère être la seule à le vivre, le voir et tenter de vivre avec (ou tenter de vivre tout court).

Malgré tout ça et le fait que je sois plutôt dans une optique pessimiste, depuis Jeudi on a vu aussi beaucoup d’amour. Des larmes oui, mais de l’amour en masse. On est même tombé en plein dans un mariage à Gorbio, un petit village au dessus de Menton. Je suis même rentrée en manger à la pelle de l’amour. Hier soir chez mes parents, qui nous avaient tous réunis pour l’occasion et je me suis pris une déferlante d’amour dans le cœur qui m’a fait du bien. Parce que j’arrivais plus trop à dormir et que j’arrive pas encore trop a positiver. Mais comme dirait Céline Dion, « Le monde est mené par des fous, mon amour il n’en tient qu’à nous de nous aimer plus fort… Au-delà de la violence! Au-delà de la démence ! Malgré les bombes qui tombent aux quatre coins du monde. » alors voilà monde, JE T’AIME !

IMG_4263

Photo prise le Samedi 16 Juillet 2016, à Gorbio. L’amour, l’amour et encore l’amour.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :